Tout comprendre sur : le réchauffement des océans

Tout comprendre sur : le réchauffement des océans

Les mers du monde se réchauffent, avec des conséquences de grande envergure.

Les océans du monde entier se réchauffent, leurs températures moyennes étant poussées de plus en plus haut chaque année par le réchauffement climatique causé par l'homme.

Depuis le début de la révolution industrielle, il y a quelques centaines d'années, l'homme a brûlé des quantités massives de combustibles fossiles, abattu d'immenses étendues de forêts et entrepris de nombreuses autres activités qui injectent du dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre. En conséquence, la planète s'est réchauffée.

Seul un pour cent environ de toute cette chaleur piégée est resté dans l'atmosphère, mais elle a eu un effet considérable, réchauffant l'air à la surface de la Terre d'environ 0,6°C en moyenne au cours des deux derniers siècles.

La majeure partie du reste de la chaleur piégée a été absorbée dans les vastes océans des planètes. Depuis les années 1970, les océans ont absorbé plus de 90 % de toute l'énergie thermique excédentaire piégée par le CO2. Comme les océans sont énormes et que l'eau a besoin de beaucoup plus d'énergie que l'air pour se réchauffer, cela se traduit par une augmentation de la température d'un peu plus d'un demi degré Celsius, en moyenne, au cours du siècle dernier.

Mais le réchauffement s'accélère. La partie supérieure de l'océan se réchauffe environ 24 % plus rapidement qu'il y a quelques décennies, et ce taux devrait augmenter à l'avenir.

Chaque petit réchauffement, même minime, a des impacts énormes sur la vie marine, l'intensité des tempêtes, etc.

Le réchauffement des mers nuit à la vie marine

La partie la plus élevée de l'océan, jusqu'à environ 700 mètres de profondeur, a absorbé la majeure partie de la chaleur supplémentaire. Les quelques milliers de pieds inférieurs de l'océan ne sont pas épargnés ; ils ont absorbé un autre tiers de cet excès de chaleur. Mais c'est la couche supérieure de la mer, jusqu'à environ 75 mètres, qui se réchauffe le plus rapidement, d'environ 0,11 degré Celsius en moyenne chaque décennie depuis les années 1970.

Les vagues de chaleur marines - la version océanique des épisodes de chaleur accablante qui se produisent à la surface de la Terre - sont également de plus en plus fréquentes et fortes, le nombre de jours pouvant être qualifiés de vague de chaleur ayant augmenté de plus de 50 % au cours du siècle dernier. Pendant ces événements chauds, les températures à la surface de l'océan peuvent atteindre plusieurs degrés au-dessus de la moyenne.

La plupart des habitants de l'océan, du plancton aux poissons en passant par les baleines, vivent dans la partie supérieure de l'océan, directement dans la zone où les températures augmentent le plus rapidement. Beaucoup de ces organismes marins sont sensibles à des changements de température même légers ou de courte durée.

Les coraux, par exemple, sont très sensibles à la température de l'eau dans laquelle ils vivent. Un réchauffement de seulement un degré Celsius environ peut les stresser, les faisant « blanchir ». Cela signifie qu'ils crachent les algues symbiotiques qui vivent à l'intérieur d'eux et leur fournissent généralement une grande partie de leur énergie. Parfois, les coraux peuvent se remettre de ces événements de blanchissement.  fois, ils ne le peuvent pas.

Le réchauffement des mers renforce les tempêtes

Les scientifiques prévoient que le réchauffement des océans rendra les tempêtes telles que les ouragans et les cyclones tropicaux plus intenses à l'avenir, augmentant la probabilité qu'elles atteignent la catégorie 4 ou 5 sur l'échelle de force des tempêtes de Saffir-Simpson, accélérant la vitesse à laquelle elles s'intensifient et augmentant la probabilité qu'elles libèrent d'énormes volumes de pluie.

Le réchauffement des mers fait monter le niveau de la mer

L'eau chaude prend plus de place que la froide. Au fur et à mesure que les océans se sont réchauffés, ils se sont étendus ; à mesure qu'ils grossissent, le niveau de la mer monte.

Entre 1971 et 2010, cette élévation du niveau de la mer due à la chaleur a ajouté environ huit dixièmes de millimètre à la hauteur de l'océan chaque année. L'expansion thermique a contribué à environ la moitié de toute l'élévation du niveau de la mer observée à travers la planète jusqu'à présent - plus, jusqu'à présent, que la fonte des glaces du Groenland ou de l'Antarctique ou des autres glaciers du monde. Mais ces masses de glace fondent rapidement et risquent de supplanter la dilatation des eaux due à la chaleur comme principale contribution à l'élévation du niveau de la mer.

Avec National Geographic