COP26 : Planter des arbres, une solution insuffisante pour lutter contre le dérèglement climatique

COP26 : Planter des arbres, une solution insuffisante pour lutter contre le dérèglement climatique

Lors de la COP26, les "solutions fondées sur la nature" feront l'objet de discussions. Ce concept désigne une catégorie de solutions inspirées de la nature qui visent, entre autres, à lutter contre le dérèglement climatique. Parmi les solutions envisagées figurent l'action sur la végétation et la plantation d'arbres. Celles-ci sont absolument essentielles mais ne suffisent pas face à l'ampleur de la crise climatique.
Et si on se servait de la nature pour lutter contre le dérèglement climatique ? Pour l'ONU et les experts du climat et de la biodiversité, il existe une catégorie de solutions appelée les "solutions fondées sur la nature". Ce concept récent et méconnu du grand public fait référence à des pratiques qui utilisent les ressources naturelles pour lutter contre le changement climatique. 
Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'ONG qui a défini ce concept, elles se définissent par "la préservation d'écosystèmes", 'l'amélioration de la gestion d'écosystèmes", "la restauration d'écosystèmes dégradés ou la création d'écosystèmes". 
La protection et création de forêts fait partie de ces solutions les plus symboliques. "Les forêts et, en particulier, les forêts tropicales absorbent environ un tiers des parts annuelles des gaz à effets de serre. Elles pourraient faire beaucoup plus si on arrêtait la déforestation, si on investissait davantage dans la gestion forestière et dans la protection de ces écosystèmes", indique Anne Larigauderie, secrétaire générale de l'Ipbes, l'organisme qui coordonne l'expertise scientifique mondiale sur la biodiversité, contactée par France 24. La reconstitution des mangroves est également souvent citée comme un exemple efficace : elles jouent, en effet, un rôle de barrière naturelle capable d'éviter l'érosion du littoral et les inondations. 
Toutefois, il ne suffit pas de planter des arbres pour rentrer dans les critères. "Ces solutions fondées sur la nature sont des projets qui doivent être à double bénéfice. Au moins l'un d'entre eux doit concerner la nature, et l'autre, la société, par exemple, la lutte contre le changement climatique, la santé, la sécurité alimentaire ou encore la réduction des risques naturels", explique à France 24, Freddy Rey, directeur de recherche en écologie ingénieriale à l'Institut national de la recherche agronomique (Inrae). 
En France, les scientifiques de l'Inrae ont, eux, introduit des végétaux sur certaines berges de cours d'eau, pour lutter contre l'érosion, et donc les inondations. Pour Freddy Rey, ce type d'alternative aux traditionnels digues et enrochements a l'avantage d'être plus durable que les techniques traditionnelles. "Avec le temps, la couverture végétale va grandir, à l'inverse, la structure grise va s'user", précise-t-il. Selon l'IUCN, les solutions fondées sur la nature sont "souvent moins coûteuses à long terme que des investissements technologiques, la construction et l'entretien d'infrastructures". 

"Engouement" autour de ces solutions écolos
Certes, planter plus d'arbres ou végétaliser les villes n'est pas nouveau. Mais, 
(…) Lire la suite en cliquant sur : https://www.france24.com/fr/plan%C3%A8te/20211028-planter-des-arbres-une-solution-insuffisante-pour-lutter-contre-le-d%C3%A9r%C3%A8glement-climatique