Sécurisation de nos forêts : « Nous saluons une décision courageuse et nécessaire » (ADES)

Sécurisation de nos forêts : « Nous saluons une décision courageuse et nécessaire » (ADES)

1) A l’occasion de la célébration du 62e anniversaire de l’indépendance du Sénégal, nous rendons un hommage mérité à nos forces de défense et de sécurité, qui à travers des actions combinées, luttent sans cesse contre ce fléau criminel. Cela montre leur détermination à mettre fin au trafic de bois en Casamance avec la traque des délinquants jusqu’à la frontière avec la Gambie, où s’opère ce business lucratif, et qui, de plus en plus, se dirige vers l’axe Kédougou, Tambacounda, Kidira, avec la complicité d’une partie  des populations.

2) Dans son discours, du 04 avril 2022, le Chef de l’État a rappelé sa désapprobation face à l'abattage d'arbres en Casamance pour être exportés hors des frontières sénégalaises : Nous saluons une décision courageuse et nécessaire. La forêt casamançaise est la dernière grande zone boisée du Sénégal, le dernier bastion forestier de notre pays donc, un bien commun, un patrimoine national à conserver et à préserver.

3) Pour rappel, les forêts jouent trois (3) fonctions essentiellement, une fonction écologique, une sociale et une fonction économique. Selon les experts du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), 12% des Gaz à effet de serre émis dans le monde sont dus à la déforestation. Selon les statistiques de  l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), depuis 1990, c’est plus  420 millions d’hectares qui ont été déforestés dans le monde.

4) Au Sénégal, le pillage de nos ressources forestières est devenu un objet de sidération profonde. Depuis 2010, notre pays a perdu plus de 1 000 000 d’arbres à cause du trafic illicite de bois et  ce n’est pas moins de 5000 conteneurs remplis de bois qui traversent notre frontière chaque année équivalant à plus de 40 000 ha dévastés.

 5) Pour gagner la lutte contre l’exploitation illicite du bois et mettre fin aux pillages de nos ressources forestières, nous (ADES) , Exhortons  les populations à s’engager  aux côtés de l’Etat ;  Appelons l’Etat à - accompagner les populations les plus démunis à sortir de la pauvreté - développer des solutions d'insertion et d'activité pour les personnes sans emploi et à appliquer vigoureusement  la loi  n° 2018 - 25 portant code forestier au Sénégal  votée le 02 novembre 2018 à l’Assemblée nationale.