Campagne agricole : des opérateurs privés appellent l’Etat à rembourser ses dettes

Campagne agricole : des opérateurs privés appellent l’Etat à rembourser ses dettes

La Fédération nationale des opérateurs privés stockeurs et transporteurs du Sénégal (Fnops) a réclamé, samedi, à Kaolack, le remboursement des crédits dus à ses membres. Lors d’un point de presse tenu à la suite d’une réunion du conseil d’administration de la FNOPS, ses membres ont estimé que cette revendication était l’une des conditions du bon déroulement de la prochaine campagne de commercialisation des récoltes. «Nous invitons l’Etat du Sénégal, à travers le ministère de l’Agriculture, de l’Équipement rural et de la Souveraineté alimentaire, à éponger ces crédits, d’autant plus que c’est avec ces fonds qu’il sera possible de faire une bonne campagne de commercialisation», a lancé le président de la Fnops, Modou Fall. Interrogé sur le montant de la somme à rembourser, M. Fall a dit que seul le ministère en question le connaissait avec exactitude.

«On nous doit beaucoup d’argent pour la campagne 2021-2022, pour celle qui va bientôt démarrer aussi», a-t-il souligné, précisant que des membres de la Fnops ont fourni des engrais et des semences à l’Etat à crédit. «Nous sommes les principaux acteurs de cette campagne de commercialisation, qui nécessite la disponibilité des fonds. L’Etat doit tout faire pour éponger les factures impayées (…). C’est nous qui devons acheter les graines d’arachide. On ne peut pas devoir de l’argent aux banques et retourner les voir pour de nouveaux prêts, sans le remboursement des précédents», a dit Modou Fall. Un autre membre de la Fnops, Cheikh Tall, exige le respect du délai de paiement indiqué dans les contrats qui lient les opérateurs privés à l’Etat. «Le processus de paiement de la dette contractée auprès des opérateurs privés est déjà entamé», assure un responsable du service de la communication du ministère de l’Agriculture. «Les paiements auront bientôt lieu», a-t-il promis, estimant que le délai indiqué pour le règlement de cette dette n’est pas encore dépassé.

Avec l’Aps