In Memoriam, Professeur El Hadji Salif Diop

In Memoriam, Professeur El Hadji Salif Diop

Il me restera des leçons

De sueur et de labeur

A la merci des éléments

Prisonniers de Sangomar

La tempête qui ronge tout

Vaines et fragiles adversités

Il me restera un viatique

D'abnégation et d'excellence

Stoïque comme un Avicennia,

Peu importe les ressacs.

Une toge, tissée dans les méandres,

Inédits et loin des sentiers battus

Un sacerdoce jusqu'au bout de soi

Une ascèse pour repousser les limites.

Conquérir de nouveaux espaces

Parfois plus arides que les tannes

Y faire germer des graines encore puériles

Des plantules qui iront voguer partout

La granulométrie de la vie

Rongés, les tamis s'usent

Les mailles se resserrent

Seuls les fins passent

Les bénis touchent les étoiles,

Polis par une main magistrale.

Écrire au bout de la nuit

A bout de souffle

Comme un accoucheur d'esprits.

Une exoscopie jamais achevée...

Pour faire parler les pores de la Terre

Lorsque la morphogenèse brouille les pistes

Scruter les satellites et piocher les vasières

Revisiter le transect de la veille

Pour défier les certitudes

Et célébrer chaque ligne publiée

Comme si c'est la dernière

Ultime gratification !

Il restera de toi, ce que tu as donné.

Au lieu de le garder dans des livres rouillés.

Il restera de toi, les terrains parcourus

Les échantillons du Gandoul,

frais comme l'estran.

Il restera de toi le dévouement,

plus que la Géographie.

Discipline de rattachement,

Tu ne l’entendais que mêlée à toutes les sciences.

Tu as édifié des passerelles

Suscité vocations et postures

Ce que tu as donné, en d’autres fleurira.

Il restera de toi ce que tu as offert

Entre les livres ouverts un matin sur Mar Lothie,

Il restera de toi ce que tu as semé

Que tu as partagé aux mendiants du savoir

Ce que tu as semé, en d’autres germera.

Zen et minutieux comme un budoka

Il restera ta fierté

Toujours affichée

Pour tes ouailles

Que tu as pris sous tes ailes

Protectrices et si exigeantes

Il restera tes quêtes

De la Mellacorée à Okinawa

Tes bibliothèques édifiées,

par monts et par vaux.

Professeur Salif, à moi de te "rendre" tes doux mots

"Vas-y, fonce ” ! ..dans la postérité

comblé de bénédictions..

Dr Arona Soumaré