Souveraineté alimentaire : le Directeur général de l’ISRA appelle à poser les jalons

Souveraineté alimentaire : le Directeur général de l’ISRA appelle à poser les jalons

Le directeur général de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Momar Talla Seck, estime que l’heure est venue de « poser ensemble les jalons » permettant d’atteindre la souveraineté et la sécurité alimentaires. « On parle souvent de sécurité alimentaire, de souveraineté alimentaire, ça fait des décennies que nous ne sommes pas arrivés à ce slogan. Nous pensons qu’il est maintenant opportun et judicieux de poser ensemble les jalons » de la souveraineté alimentaire du pays, a-t-il dit.

M. Seck intervenait à l’ouverture des travaux d’une rencontre organisée par le bureau d’analyses macroéconomiques de l’ISRA (ISRA/BAME). Cet événement marque la relance des « Mardis du BAME ». « Produire du blé au Sénégal : mythe ou réalité ? » a été le thème de la présente édition.

« Au-delà de cette souveraineté, quels sont les besoins alimentaires des populations sénégalaises ? » s’est interrogé le directeur général de l’ISRA, rappelant que le riz et le blé occupent une large part dans les importations de céréales sénégalaises.

Momar Talla Seck affirme que « l’État est en train de beaucoup faire pour atteindre cette souveraineté alimentaire, à travers plusieurs projets ». 

Aujourd’hui, a-t-il indiqué, « les importations de blé sont estimées à environ 700.000 tonnes, pour plus de 100 milliards de francs CFA ». « Cela nous conduit à la réflexion, pour que nous puissions voir comment réduire ces importations de blé », a ajouté le directeur général de l’ISRA.Selon lui, l’ISRA a repris ses activités de production locale de blé. Momar Talla Seck estime que la recherche doit être privilégiée en vue de l’accélération de la production de cette céréale.

Selon un document reçu de l’ISRA, le blé demeure un aliment de base dans plusieurs égions du monde. « La production mondiale s’établit à 777 millions de tonnes en 2021, soit près de 28 % de la production totale de céréales, bien devant le riz’’, indique-t-il. Le document rappelle que ‘’le Sénégal dépend entièrement des importations pour satisfaire ses besoins en consommation de blé estimés à 180.000 tonnes par an, pour une valeur de 160 milliards de francs CFA’’.

Les principaux fournisseurs de blé au Sénégal sont la Russie (51 % des importations sénégalaises), la France (32 %), l’Ukraine (6 %), le Canada (4 %) et l’Argentine (3 %), précise-t-il.

Avec l'APS