Lutte contre le changement climatique : Dakar étrenne son comité régional

 Lutte contre le changement climatique : Dakar étrenne comité régional

Pour enclencher une dynamique nouvelle de prise en charge du climat dans la planification locale, un Comité régional sur les changements climatiques (COMRECC) de Dakar a été installé. A en croire Baba Dramé, directeur de l’Environnement et du Développement durable, « ce comité va aider à mieux comprendre et gérer les risques liés aux changements climatiques, à travers un meilleur renforcement de capacités des acteurs de la région ». Il intervenait, mercredi, à Dakar, au cours de l’atelier d’installation du comité régional sur les changements climatiques de la région de Dakar (COMRECC).
En Afrique et particulièrement au Sénégal, a dit M. Dramé, « le changement climatique est une menace pour la sécurité alimentaire, pour le développement économique et social. Ce sont des défis urgents et à inscrire dans le moyen et long terme, d’où une coopération nationale, régionale, internationale, vigoureuse et robuste ».
Selon lui, « dans le processus de lutte contre les changements climatiques, il sera important d’optimiser les ressources pour nous adapter et pour accroître notre développement avec une stratégie d’atténuation et de les territorialiser conformément à la volonté du chef de l’Etat de donner un cachet territorial aux politiques publiques ».
Notre département, assure le directeur de l’Environnement, veillera à la mise en place d’un cadre de suivi de la mise en œuvre de la contribution déterminée au niveau national (CDN) articulé autour du comité national changements climatiques (COMNACC) et des COMRECC’’, a assuré.
Ils seront chargés, a-t-il fait noter, « de rendre compte régulièrement au gouvernement de la mise en œuvre de la CDN, d’interagir avec les ministères sectoriels, de développer une stratégie d’engagement du secteur privé, de la société civile et des collectivités territoriales ». A ce propos, a-t-il ajouté, la mise en œuvre de la CDN est une tâche ardue qui, outre la volonté politique effective, requiert une approche participative et inclusive. Ainsi, selon lui, les acteurs territoriaux et autres acteurs déconcentrés doivent faire face à cette responsabilité alors qu’ils sont eux-mêmes confrontés à de nombreux défis liés au climat.
C’est pourquoi, insiste Baba Dramé, « ces acteurs doivent disposer d’outils qui leur permettent d’appréhender facilement cette question des changements climatiques pour mieux l’intégrer dans leurs activités de planification ».